Catégories

Nos Partenaires

ELAH CONTEMPORARY ART

Adresse :
SUR RENDEZ-VOUS
BRUXELLES, 1000

+32 486 66 16 75

Site Web

elahcontemporaryart@gmail.com


 

Née à Bruxelles dans les années 80, Elah a vécu une enfance atypique qui lui donne une vision et un comportement en marge des autres enfants. Différence qu’elle a longtemps voulu dissimuler pour mieux s’intégrer. Une altérité qui, au final, lui donne un regard propre sur ce qui nous entoure et s’exprime dans ses oeuvres. Sensible et forte à la fois, cartésienne mais utopiste; une de ces devises est : « N’allez pas là où le chemin peut mener.  Allez là où il n’y a pas de chemin et laissez une trace » (Emerson).

 

Depuis son plus jeune âge, elle a toujours été très manuelle quelque soit les domaines avec une préférence certaine pour le dessin et la peinture.  Esthète dans l’âme, elle n’en oublie pas pour autant l’intellect puisqu'elle a obtenu un master en droit de l’Université Libre de Bruxelles. Son inspiration la plus fertile suit d’ailleurs toujours des périodes plus cérébrales. 

 

Sa technique est centrée sur les couleurs et les effervescences qu’y s’en dégagent. Comme le disait si bien Pablo Picasso : « Je ne peins pas ce que je vois, je peins ce que je pense » et ici, tout n’est qu’interprétations abstraites des émotions et des sensations qui, selon le spectateur en face de la toile, varieront et déclencheront des sentiments aussi divers que subtils.

 

Oeuvre

 

Les lignes et courbes, très présentes dans ses créations, représentent les réseaux de désirs complexes; la construction du « moi ». Son thème principal est la conscience et les illusions : « nous ne sommes pas réellement ce que nous sommes conscients d’être ».  

 

L’homme qui vient au monde est doté d’un appareil mental complètement inconscient et formé uniquement d’instincts primaires. Cet appareil est exclusivement régi par des valeurs instinctuelles de satisfaction immédiate, plaisir ou évitement de la douleur, consommation et absence de refoulement.    Le principe de plaisir vient rapidement se heurter aux environnements naturel et social, lesquels rendent impossible une satisfaction immédiate et entière des instincts. Ce choc provoque alors le développement d’un nouveau principe de fonctionnement psychique : le principe de réalité. En intégrant le principe de réalité, l’individu acquiert une conscience psychologique et une raison ; il apprend à distinguer le vrai d’avec le faux, le bien d’avec le mal, l’utile d’avec le dangereux. 

 

C’est cette raison et cette conscience qui vont nous faire tendre à devenir transparent, identique aux « autres », à vouloir cacher les excès de nos émotions ou nos côtés sombres. Ces refoulements, parfois conscients ou non, forment notre apparence extérieure face au monde, notre « carapace » à la fois prison et protection.