Votre petit refuse de s'endormir le soir et vous sentez la pression qui monte d'un cran dès qu'on approche de l'heure fatidique? Vous avez du mal à le faire décrocher de ses jeux et, pire, le retrouver régulièrement éveillé pendant la nuit en pleine construction de Playmobil? Il tousse la nuit, ronfle souvent et a un sommeil agité ?

Et si tous ces désagréments étaient dus à l'encombrement de sa chambre à coucher ? Y avez-vous déjà songé ?

Depuis 8 ans maman de 3 enfants, je me suis moi-même penchée sur la question et en ai retiré quelques enseignements que je souhaite partager avec vous. Je ne donne pas de leçon et ne porte aucun jugement sur votre manière de faire, car il y a autant de manières d'être parents que de parents sur cette terre ! 

Alors, sentez-vous libres d'expérimenter certaines idées et d'en rejeter d'autres qui ne vous plaisent pas.

En tant que maman, je sais à quel point le moment du coucher peut être compliqué, long et éreintant.

En tant que maman, je sais à quel point un enfant fatigué peut devenir difficile, irritable et irraisonnable.

En tant que maman, je sais à quel point nous aimons regarder nos petits endormis paisiblement jusqu'au lendemain matin.

Alors, en tant que maman mon souhait se résume à une seule chose : que chacun retrouve un sommeil réparateur bien nécessaire dans la maisonnée et que le climat familial s'apaise quelque peu.

 

Ma première découverte se résume en un mot : la fonction

Chaque pièce de l'habitation doit avoir une fonction principale. Il est clair que la fonction prioritaire de la chambre-à-coucher d'un enfant est de dormir.

Dormir, trouver le sommeil, se reposer. Ces trois verbes sont parfaitement incompatibles avec les trois suivants : s'amuser, jouer, faire du bruit. Or, je retrouve bien trop souvent des jeux dans la chambre-à-coucher des enfants !

Mon premier conseil est donc simple comme bonsoir : retirez tous les jouets de la chambre de vos loustics ! Rangez-les sur le palier, dans une salle de jeux, dans un grand meuble fermé, mais ne laissez pas tous leurs jouets sous leur nez une fois qu'ils sont couchés dans leur lit.

Les couleurs, les formes, les lumières, cette multitude de petites pièces sur-stimulent votre enfant et l'empêchent de s'apaiser.

Attention, il vous reste quand-même la possibilité d'y laisser les livres et éventuellement les jeux calmes ou qui doivent rester à l'abri des plus petits (jeux avec petites pièces).

Ne dit-on pas qu'un enfant qui lit sera un adulte qui pense ?

Ma seconde découverte a rendu ma gestion du linge bien plus aisée !

J'ai sorti de leurs chambres tous les vêtements et autres linges de maison, car, je suis certaine que c'est comme ça chez vous aussi. Ce n'est qu'une fois qu'ils sont couchés qu'on trouve le temps de plier son linge et de le ranger... Dans la chambre où ils viennent enfin de s'endormir après une longue bataille... Alors pas question d'allumer la lampe ou de faire le moindre bruit qui risquerait de réveiller nos petites têtes blondes !

Résultat des courses ? Le linge reste indéfiniment dans des mannes sur le palier.

Si c'est aussi comme ça chez vous, optez pour un dressing familial en-dehors de la chambre des enfants.

Condamnez une pièce ou un palier pour y déplacer les garde-robes et y ranger tous les vêtements d'enfants. Vous gagnerez en temps et en efficacité car tous les vêtements seront rangés au même endroit et sans devoir déranger le sommeil si fragile de vos enfants !

  

Ma troisième découverte découle directement des deux premières

Pourquoi ne pas réunir deux de vos enfants dans la même chambre ?

Ben oui, quand on retiré les jouets et les vêtements des chambres, on récupère un maximum d'espace. Alors pourquoi ne pas condamner une chambre pour y stocker les jouets et les vêtements et réunir deux enfants dans l'autre ?

Bien souvent les parents refusent cette idée car pensent que l'un des asticots va réveiller l'autre ou l'empêcher de s'endormir. Mais ceux qui tentent l'expérience s'aperçoivent vite que c'est tout le contraire. Les enfants s'apaisent plus vite, ils se rassurent l'un l'autre, ils se murmurent des mots avant de s'endormir et créent des liens inoubliables pour la suite de leur vie.

L'essayer c'est l'adopter !

Une fois la chambre débarrassée de son contenu encombrant, il deviendra bien plus simple d'entretenir cette pièce et donc de déléguer les tâches ménagères de cette zone de la maison.

  

Ce qui m'amène à ma quatrième découverte : les enfants adorent nettoyer leur chambre !

Oui, oui vous avez bien lu ! Mes enfants se disputent pour savoir qui va prendre les poussières, passer l'aspirateur, frotter les vitres et passer le torchon.

Vous devez les responsabiliser, les rendre autonomes dans la gestion de leur espace et apprendre à déléguer un maximum de tâches ménagères qui touchent à celui-ci. Même les plus petits doivent comprendre que cette pièce leur appartient, qu'ils sont chez eux, en sécurité et qu'ils peuvent y déposer leurs petits secrets et quelques-uns de leurs souvenirs. S'ils se sentent chez eux, ils auront bien plus envie de s'y investir (et ça marche aussi pour les adultes !).

Nous avons donc laissé une table de nuit avec trois tiroirs à chacun de nos enfants et avons fait la promesse de ne jamais les ouvrir. C'est leur petit monde, leur petite vie secrète, parents non-admis. En échange, je leur ai demandé de m'aider pour changer leurs draps de lits et de passer l'aspirateur chaque semaine.

Le petit plus qui facilite tout ?

Aucun meuble n'est fixé au sol (ni le lit, ni la table de nuit) et ils peuvent donc tout déplacer pour passer facilement derrière avec l'aspirateur. Tout ce qui devait être fixé par sécurité l'a été mais à quelques centimètres du sol pour permettre d'aspirer facilement en-dessous.

Plus c'est simple et rapide, plus c'est chouette et plus vos enfants seront heureux de participer ! 

Ma cinquième découverte est arrivée un peu par hasard

En stage durant la semaine, j'avais entrepris de repeindre un mur de leur chambre. Rentrés en pleine phase de peinture, ils ont découvert les meubles en plein milieu de la pièce et se sont mis à crier de joie : Cool, tu as changé les meubles de place ! C'est super comme ça !

Un peu perplexe, j'ai bien dû reconnaître que ce petit changement donnait un air de renouveau à leur chambre ! Alors j'ai décidé de modifier régulièrement (en moyenne à chaque changement de saison) les emplacements de leurs meubles afin de redonner une bouffée d'oxygène à l'ensemble.

Mon cinquième conseil est donc tout simple : le changement amène le changement.

Faites preuve d'imagination et changez régulièrement l'aménagement de leur chambre afin de leur donner envie d'y passer plus de temps et d'en prendre soin.

Vous serez surpris de voir leurs mines réjouies en changeant quelques détails à peine !

  

Allez, il est temps de vous partager ma dernière découverte, la plus récente

Les enfants obéissent bien plus quand vous leur faites confiance...

Alors à la place de les presser pour monter, se laver les dents, faire pipi, se mettre au lit, choisir l'histoire,... laissez-les monter sans vous et demandez-leur de vous appeler quand ils seront prêts pour l'histoire du soir. Seuls en haut, un peu perdus sans les ordres systématiques des parents sans cesse sur leur dos, ils se mettront naturellement à faire leurs petits rituels du soir et seront hyper fiers de vous appeler quelques minutes après !

Tel l'effet papillon, j'ai constaté que c'est un ensemble de changements insignifiants dans la chambre des enfants et au moment du coucher qui entraînent, au bout de quelques semaines, des changements significatifs et durables pour le plus grand bonheur de tous !

Allez, n'ayez pas peur ! Testez, vous n'avez rien à perdre mais tout à y gagner !

Elodie, une maman comme les autres